2016

Violences à l'occasion des manifestations organisées contre le projet de loi "Nouvelles libertés et nouvelles protections pour les entreprises et les actifs"

 
Violences à l'occasion des manifestations organisées contre le projet de loi El Khomri.

Les neuf manifestations de voie publique organisées à Nantes contre le projet de loi "Nouvelles libertés et nouvelles protections pour les entreprises et les actifs" ont donné lieu à des agressions envers les forces de l’ordre, à des dégradations de biens privés et d’équipements publics.

Henri-Michel COMET, préfet de la région Pays de la Loire, préfet de la Loire-Atlantique, a rencontré aujourd’hui le président de la chambre de commerce et d’industrie et les représentants de l’association Plein Centre, en présence de Mme Johanna Rolland, maire de Nantes.

L’État est attaché à la liberté de manifester mais la liberté de manifester n’a jamais été la liberté, pour une minorité, d’agresser et de dégrader les biens d’autrui. Le préfet a donc réaffirmé le caractère absolument intolérable des violences commises.

Il a assuré les représentants des commerçants de la mobilisation des forces de l'ordre pour assurer la sécurité des personnes, prévenir les atteintes aux biens et mettre à la disposition de la justice les fauteurs de troubles. Il les a assurés de sa volonté de protéger au mieux l'hypercentre commercial de Nantes. Depuis le début des manifestations, 95 personnes ont été interpellées.

Il a salué l’engagement des policiers et gendarmes intervenant dans ces dispositifs de maintien de l’ordre public qui ont fait preuve, face à un niveau élevé de violence, d’une parfaite maîtrise professionnelle.

Alors qu’une manifestation est annoncée le jeudi 28 avril 2016, Henri-Michel COMET en appelle au calme et à l’esprit de responsabilité.

Dans d’autres villes concernées par ces violences, un dialogue a été noué avec les organisations à l’origine des manifestations, afin de minimiser les risques de débordements. Dans cet objectif, plusieurs organisations ont été conviées à une réunion en préfecture le jeudi 21 avril. Elles ont refusé de s’y rendre. Le préfet de la Loire-Atlantique le regrette.

L’État prendra toute sa part pour garantir la liberté de manifester le 28 avril et pour assurer la sécurité des nantaises et des nantais. Il veillera à préserver la sécurité des personnes dont celles des manifestants et des biens publics et privés. Il veillera à mettre à la disposition de la justice les fauteurs de troubles. Des renforts seront apportés à la direction départementale de la sécurité publique. Les autres acteurs doivent également assumer leurs responsabilités, les organisateurs de la manifestation certes, mais aussi les parents qui ont la responsabilité des mineurs.

Préserver la liberté de manifester suppose une détermination partagée dans la lutte contre les exactions. Le préfet de la Loire-Atlantique et les forces de sécurité y sont totalement engagées.

> Communiqué de presse - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,13 Mb