Presse

La rage tue encore une personne toutes les dix minutes dans le monde : nos conseils de prévention lors des voyages à l’étranger

 
 
La rage : nos conseils de prévention lors des voyages à l’étranger

La France est indemne de rage et tous les cas confirmés dans notre pays proviennent d’animaux contaminés à l’étranger et importés illégalement : 11 cas depuis 2011.

Nos conseils de prévention lors des voyages à l’étranger :

> vous voyagez avec un animal de compagnie, des démarches préalables sont nécessaires : prenez contact avec votre vétérinaire ou avec les services de la direction départementale de protection des populations (DDPPDirection départementale de la protection des populations – 10 boulevard Gaston Doumergue à Nantes – 02 40 08 86 55).

> pendant votre séjour à l’étranger, il est fortement recommandé :

- de ne pas toucher d’animal errant (2 personnes sont récemment mortes de la rage en France pour cette raison) ;

- de ne pas ramener d’animal d’un pays à risque. Un animal ramené illégalement peut être infecté et peut contaminer des personnes ou des animaux. La responsabilité pénale du contrevenant est alors pleinement engagée.

Rage 2

> à votre retour en France, l’introduction illégale de chien ou de chat implique la mise sous surveillance vétérinaire des animaux concernés pendant 6 mois à vos frais. Il est alors obligatoire de présenter chaque mois votre animal à un vétérinaire et il vous est interdit de le donner ou le vendre, de le sortir de votre commune de résidence et de le mettre en contact avec d’autres chiens ou chats. Si la situation sanitaire est estimée à risque, l’animal peut être euthanasié, conformément aux dispositions réglementaires, en vue de son analyse par l’Institut Pasteur.

Le non-respect des dispositions relatives aux mouvements d’animaux vivants constitue une infraction qui peut faire l’objet d’un procès-verbal.

La prévention de la rage est un enjeu de santé publique majeur dans la mesure où cette maladie est mortelle, tant pour les humains que pour les animaux, et où aucun traitement n’est possible dès lors que des symptômes sont mis en évidence. Pour en savoir plus cliquez ici.

> Communiqué de presse du 14 décembre 2017 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,26 Mb

Rage3